TIBET EN BREF

AMBIANCE DU JEU- Le jeu prend place en 1959, soit une époque de crise majeure pour le Tibet. Toutes les croyances tibétaines en matière de magie et de spiritualité sont considérées comme vraies. Les Personnages Joueurs (PJ) sont des Tibétains plus ou moins normaux (ainsi que quelques étrangers) vivant au Tibet. Les dangers que rencontreront les personnages dépend de la région du Tibet où ils se trouvent:

Dans les zones contrôlées par le régime communiste chinois, une armée cruelle réprime toute forme d'opposition et les PJ risquent l'exécution, le lavage de cerveau et la torture.

Dans les zones de combat, les affrontements entre Tibétains et soldats chinois sont devenus un mode de vie. Les PJ peuvent être enrôlés pour combattre ou ils peuvent être des civils confrontés aux dangers des combats.

Dans les villes et villages demeurant sous contrôle tibétain, les Tibétains maintiennent leur mode de vie traditionnel. La plupart des dangers auxquels les PJ seront confrontés viendront de Tibétains peu scrupuleux utilisant l'argent, la sorcellerie ou la politique pour assouvir leurs ambitions.

Dans les monastères (dont beaucoup ont la taille de villes entières), la quête de l'illumination et la santé spirituelle du pays sont des priorités absolues et les moines se soumettent souvent à des rituels périlleux pour atteindre ces objectifs. Même dans les monastères, le danger peut venir de sorciers, de criminels ou d'intrigants politiques.

Dans les montagnes et les plaines gelées, le simple fait de voyager peut être dangereux. Les voyageurs peuvent être victimes du climat impitoyable, de cols et de rivières difficiles, d'animaux sauvages, de bandits et de tribus nomades guerrières.

Dans les cimetières, les ruines, les anciens champs de bataille et autres lieux hantés, le danger vient principalement des fantômes, démons et autres êtres surnaturels.

Un des thèmes majeurs du jeu est que rien n'est ce qu'il semble. Des démons peuvent prendre forme humaine. De sages maîtres peuvent se réincarner comme enfants. Des adeptes spirituels avancés peuvent sembler fous au premier abord. Des êtres humains entiers peuvent être l'émanation des pensées d'un maître.

GOUVERNEMENT- La secte bouddhiste tibétaine des Bonnets Jaunes est le gouvernement officiel du Tibet. Dans tout le Tibet, les gens dépendent des connaissances magiques, spirituelles et médicales des moines. Le gouvernement est voué aux principes bouddhistes mais il est composé pour moitié de laïques (principalement des aristocrates) et il entretient une armée et des prisons. Le chef du gouvernement tibétain est le Dalaï-lama, un tulku (maître réincarné) et une émanation du Bouddha de la compassion. La capitale du Tibet est Lhassa, la plus grande ville du pays. Le Tibet est divisé en 53 préfectures ayant chacune un préfet monastique et un préfet laïque. Les aristocrates et les abbés gèrent les affaires locales sur les terres qui leur appartiennent. Les villages isolés sont dirigés par un chef héréditaire ou par la personne la plus puissante du village.

GÉOGRAPHIE- Le Tibet est un pays sans accès à la mer, situé en Asie, d'une superficie représentant plus ou moins le tiers de celle des USA et ayant des frontières avec l'Inde, la Chine et le Népal.

Le Tibet oriental se situe à la frontière avec la Chine et est le territoire de tribus nomades en ce moment en guerre avec les Chinois. Le Tibet oriental comprend peu de grandes villes, principalement situées sur des routes de commerce avec la Chine.

Le Tibet central est la région la plus décemment peuplée, dans laquelle on trouve les deux plus grandes villes du pays, ainsi que la plupart de l'aristocratie tibétaine.

Le Tibet occidental est la région la moins densément peuplée et on y trouve les ruines des anciennes civilisations tibétaines. Les Tibétains qui vivent là sont souvent les derniers à être affectés par les évolutions de la société.

Le Chang Tang, qui s'étend sur tout le Nord du Tibet, est principalement composé de montagnes et de plaines désolées et n'a que peu d'habitants.

CLIMAT/ÉCOLOGIE- Pendant la plus grande partie de l'année, le temps au Tibet est froid, sec et constamment venteux. La poussière, les tempêtes de neige et de très destructrices averses de grêles sont courantes. La flore est principalement composée de carex et d'herbes sauvages. Les plus importants herbivores sont les chèvres de montagne, les marmottes, les rongeurs, les gazelles et les yaks sauvages. Les plus importants prédateurs sont les vautours, les léopards des neiges, les loups et les ours.

RELIGION- Les Tibétains ne suivent pas qu'une seule religion; ils s'adaptent aux différentes situations.

Le Bouddhisme tibétain a pour préoccupation la destinée de l'âme. Le but de ses pratiquants sincères est d'arriver à l'illumination (être libéré de tous ses préjugés, erreurs et souffrances). Les laïques ne recherchent pas l'illumination mais visent plutôt à accumuler suffisamment de bon karma pour obtenir une réincarnation agréable. Un dixième de la population est constitué de moines bouddhistes qui ont étudié dans un monastère et pris des engagements pour leur vie entière.

La voie des sutras passe par la méditation et un lent affranchissement des désirs matériels pour arriver à l'illumination sur le temps d'environ 10.000 vies.

La voie des tantras (la spécialité du bouddhisme tibétain) recours à de dangereux rituels secrets pour atteindre l'illumination sur le temps d'une vie. Echouer lors d'un rituel tantrique cause la mort ou la folie. Un lama (professeur expérimenté) enseigne à son étudiant ces rituels secrets lorsque l'étudiant est prêt. Les rituels tantriques font appel à une imagerie puissante. Certains requièrent même l'usage de cadavres, l'invocation d'entités dangereuses ou des rapports sexuels pour être efficaces.

Les maîtres du tantrisme sont réputés pour acquérir des pouvoirs surnaturels (comme l'invisibilité, la lévitation, l'intangibilité), qui mesurent leurs progrès sur la voie de l'illumination. Des personnes dotées de beaucoup de bon karma peuvent également provoquer des miracles.

La religion populaire n'est pas organisée et ne compte pas de prêtres (bien que certaines personnes vivent de leurs pouvoirs surnaturels). La religion populaire comprend de nombreuses divinités mineures qui participent à chaque aspect de la vie quotidienne. Il y a des dieux pour chaque pièce de la maison et des esprits qui vivent à l'intérieur du corps humain et lui insufflent sa force vitale. Ces entités peuvent être bénéfiques ou maléfiques selon la manière dont on les traite.

Les oracles font à la fois partie du Bön, du Bouddhisme et de la religion populaire. Il y a de simples oracles locaux qui ont la capacité d'être possédés par des fantômes ou d'autres entités. Les oracles plus connus, qui peuvent être possédés par les figures protectrices du Bouddhisme, vivent dans des palais, observent des codes stricts et conseillent le gouvernement tibétain.

Dans la cosmologie tibétaine, notre monde n'est qu'un parmi beaucoup d'autres. Les personnes qui meurent avec un mauvais karma sont réincarnées comme animaux, fantômes affamés ou entités infernales. Les fantômes affamés vivent dans un royaume de désirs et de privations perpétuels. Les entités infernales vivent dans l'un des seize enfers froids ou chauds. Les êtres qui s'échappent de ces mondes et arrivent dans le nôtre peuvent causer beaucoup de dégâts. Ceux qui meurent avec un bon karma renaissent dans les royaumes célestes. Les êtres célestes sont très puissants et sages et peuvent vivre des milliers d'années mais ils sont imparfaits et finiront par mourir. Ceux qui atteignent l'illumination échappent au cycle des réincarnations et accèdent aux paradis suprêmes, ou la dualité entre l'existence et la non-existence est transcendée.

MAGIE- Lorsque l'on a affaire au surnaturel au Tibet, il est rarement perceptible. En effet, la majorité des événements surnaturels sont invisibles et intangibles. On peut seulement s'en apercevoir à travers leurs conséquences sur la vie des gens. La possibilité d'avoir recours aux connaissances magiques afin de déterminer ce qu'il se passe dans le monde invisible est d'une grande importance. Par exemple, une série de mésaventures peuvent être la conséquence d'une malédiction, de la présence d'esprits malveillants, de la colère d'une divinité mineure qui a été involontairement offensée, du mauvais karma accumulé dans une vie antérieure, etc.

Les Tibétains pratiquent différents types de magie. On utilise l'astrologie et diverses formes de divination plus ou moins complexes pour prédire l'avenir et comprendre le monde surnaturel. Les talismans (objets ayant emmagasiné du bon karma) portent bonheur et repoussent les esprits malveillants. La sorcellerie est utilisée pour libérer le mauvais karma présent dans certains objets pour provoquer chez les autres la maladie ou la malchance et causer du mauvais temps ou des attaques par des esprits malveillants. La sorcellerie est redoutée et ceux qui la pratiquent sont souvent bannis. La magie contrôlant le climat est très prisée et de nombreux monastères l'enseignent. L'exorcisme et le contrôle des esprits malveillants sont très importants pour les Tibétains. Les moines et autres adeptes utilisent des mantras (prières écrites ou parlées), des croix faites de fil (qui capturent les esprits) et des gluds (des mannequins faits en pâte à pain) pour repousser, piéger ou dissiper les esprits malveillants. Les sorciers utilisent les mêmes moyens pour attirer et capturer les esprits malveillants et les diriger vers leurs victimes. Les sectes bouddhistes importantes ont connaissance de rituels secrets et complexes capables de tuer une personne mais essaient de ne les utiliser que lorsqu'un tel meurtre se justifie par compassion.

MODE DE VIE- La plupart des Tibétains vivent sur des terres possédées par quelqu'un d'autre. Les fermiers cultivent (principalement de l'orge) et les nomades entretiennent des troupeaux de yaks, de moutons et de chèvres. Certains Tibétains très pauvres vivent de la mendicité, se mettent au service de quelqu'un ou exécutent d'autres travaux désagréables. Il existe une classe moyenne, que l'on ne trouve que dans les villes et qui est composée de marchands, d'artisans et d'autres professions. Les aristocrates vivent dans de grandes demeures, entourés de nombreux serviteurs, et administrent leurs terres à distance. Leur richesse vient principalement de taxes payées par les paysans vivant sur leurs terres. Les aristocrates ont un mode de vie très cosmopolite.

Plus d'un dixième de la population tibétaine vit dans un monastère ou un couvent. Tous les moines suivent une formation bouddhiste mais peu d'entre eux poussent ces études très loin. Les autres moines étudient la médecine, l'astrologie, l'exorcisme, la magie climatique, les métiers manuels ou les arts martiaux. Ces moines travaillent souvent à l'extérieur du monastère et dispose de leurs propre revenu et possessions matérielles. D'autres moines se livrent à de simples travaux manuels à l'intérieur du monastère.

Les Tibétains des toutes classes apprécient les concours (parmi lesquels le tir à l'arc et l'acrobatie équestre), la poésie épique, les voyages, les pique-niques et les nombreux festivals. La plupart des Tibétains savent au moins un peu lire. En général, les Tibétains passent pour avoir le sens de l'humour et pour être chaleureux, curieux et pragmatiques.

SITUATION POLITIQUE- La jeune république communiste chinoise a récemment envahi le Tibet. Essayant désespérément de maintenir leur mode de vie et d'éviter une guerre sans milites, le gouvernement tibétain et l'aristocratie ont conclu un pacte avec les Chinois. Le gouvernement tibétain et l'aristocratie sont restés au pouvoir (du moins en théorie). En échange, les Chinois ont été autorisés à entrer au Tibet et à y exercer leur influence. Les Chinois sont lentement en train de transformer le Tibet en un état communiste modernisé.

Les Chinois font tout ce qu'ils peuvent se permettre. Dans l'Est, ils dirigent d'une poigne de fer. Au Tibet central, ils menacent, manipulent et répandent leur propagande. Au fur et à mesure que le nombre de troupes chinoises au Tibet croît, ils s'enhardissent et leurs exigences grandissent.

L'aristocratie a conclu une trêve délicate avec les Chinois, tout en prévoyant de fuir avec leurs richesses lorsque les Chinois ne permettront plus l'existence d'une classe aristocratique au Tibet.

Les tribus nomades et les riches marchands mènent une guérilla contre les Chinois. Ils s'en sont étonnamment bien sortis et ont repoussé les Chinois de larges pans du territoire tibétain. Certains rebelles veulent marcher sur Lhassa (la capitale du Tibet) et renverser le gouvernement tibétain.

Le gouvernement tibétain, dirigé pare le jeune Dalaï-lama est pris entre les différentes factions. Il essaie de maintenir une paix fragile avec les Chinois, alors que les Chinois surveillent le gouvernement de près et qu'ils semblent n'attendre qu'un prétexte pour arrêter le Dalaï-lama. Le Dalaï-lama a refusé d'envoyer des troupes tibétaines combattre ou aider les rebelles nomades.

Le peuple tibétain craint que la paix ne puisse plus durer très longtemps. Il s'inquiète du sort du Dalaï-lama.

Translation thanks to Kyorou


If you liked this, you might like these other pages on this site:

Fates Worse Than Death
The RPG of suspense, horror and hope in 2080 on the streets of Manhattan.

Vajra Enterprises Main Page
See all the good stuff on this site.

Tibet vs. US
A tabular comparison of 1950's Tibetan culture to modern American culture.